BUSSIERE-DUNOISE: Histoires et Anecdotes

Publié le 2 Mai 2013

Guerre à Outrance:

Un jour, au tout début du siècle dernier, Jean Pasty avait été à la foire à Bussière, et avait ramené le journal comme il en avait l'habitude. Comme chaque fois, le soir, les habitants de Rissat arrivèrent aux renseignements, car le Jean, qui avait été aux écoles, qui savait lire et bien parler, commentait toujours les dernières nouvelles.

Cette fois donc, sitôt que la Céline eut allumé les chaneux*:

- "Ah! lou gas, co vei maou: qu'ere fini aque lo Transvaal, quo r'coumince aque lo Outrance."

En effet, le "Petit Journal" titrait sur toute la largeur de la page

" la guerre à outrance"

*Chaleuil ou Chaneuil: petite lampe à huile, en cuivre, assez semblable, pour la forme, aux lampes romaines. Son nom varie suivant les lieux:

— Ardennes : « chaleil. »
— Provençal : « caléu ; do la niue lou caléu, » la lampe de la nuit — Poitou :" chaleuil et chaneuil»

La plus célèbre:

Une famille était venu tenir la métairie de Beauvais. Je ne sais plus d'où elle venait; Barriat, Barriassoux, Chanterane ou Lascroux,. Peu importe

Elle n'était pas dépaysée, puisque Beauvais est, comme vous ne le saviez peut-être pas, en Limousin ( et non en Marche ). La femme, elle était bien un peu perdue, mais c'était normal puisqu'elle était du Grand Bourg....

Le métayer précédant ne s'était pas trop fatigué, et dès le premier jour, notre Baulou* se mit au travail comme un enragé. Si bien que le soir, harassé, aussitôt mangé la soupe, il alla se coucher.

Quand la femme vint le rejoindre, il lui dit:

" Au-z-as tu balhe a mindja au tsi?

- io crese qu'oui" disia lou femne.

et lo landaman, si taou coucho, tou d'ein co, l'ome disia

" Au-z-as tu balhe a mindja au tsi?

lo femne disia "io crese qu'oui"

Cela dura tant, qu'à force de manger du "crese qu'oui" , le chien est crevé.....

* Balou: rave cuite sous la cendre. C'est un plat inventé par un dénommé Valéry, bucheron solitaire du bois de Bernage (le Puy des Trois Cornes). Ce mets, très apprécié autrefois des gens de Saint-Vaury, a donné son nom aux habitants du cru.....

le mont de Bernage dit "Puy des Trois Cornes" vu de la Bregère et de Saint-Vauryle mont de Bernage dit "Puy des Trois Cornes" vu de la Bregère et de Saint-Vaury

le mont de Bernage dit "Puy des Trois Cornes" vu de la Bregère et de Saint-Vaury

La descente de lit de Saint Goussaud:

Un commis voyageur circulant en bicyclette, partit de Chatelus le Marcheix arriva tout suant en arrivant à Saint-Goussaud, déjeuna à l'auberge qu'il avait l'habitude de fréquenter et alla vendre sa marchandise chez les commerçants du bourg.

Mais comme il voulait repartir le soir, un orage épouvantable le cloua sur la butte. Prenant son parti, il demanda s'il n'y avait pas de chambre où il puisse coucher. La brave dame qui tenait l'auberge, lui avoua qu'elle en avait bien une, mais elle ne savait pas si elle conviendrait. Une visite rapide parût satisfaire notre homme. Le repas du soir bien mijoté et copieux l'incita à penser qu'il n'avait pas fait une mauvaise affaire en restant à Saint-Goussaud.

Sur le tard, le voyageur monta vite dans sa chambre, monta vite dans son lit et s'endormit sous un édredon rouge d'au moins quarante centimètres. Le matin, aussitôt descendu, l'hôtesse s'enquit de la qualité de sa nuit et si la chambre lui avait donné satisfaction.

" J'ai passé une très bonne nuit, Madame et la prochaine fois, je coucherai encore dans cette chambre, elle fait bien mon affaire,....mais vous devriez y mettre une descente de lit"

Et notre homme partit pour reprendre ses tournées creusoises, laissant la brave hôtesse toute interdite: - "une descente de lit, une descente de lit, qu'est ce qu'il a bien voulu dire"

Six mois plus tard, notre voyageur retrouva sa chambre mais cette fois, contre le lit, une petite échelle à deux barreaux, comme celle que l'on met aux poules, contre leur perchoir, dans les poulaillers.

Notre commis voyageur avait découvert un nouvel ameublement

- - - la descente de lit de Saint-Goussaud - - -

BUSSIERE-DUNOISE: Histoires et Anecdotes
Une histoire abracadabrante digne de Pagnol:

Chez l'Albanie Bourret, autrement dit la Fressinette, quatre habitués jouent à la manille. Il y a là les 2 pharmaciens de Bussière, Félix Durand et Louis Caillaud, le receveur des postes ... Mouty et un assureur Jean Baptiste Rousseau. Dans le fond de la salle, deux consommateurs plus agés, le père Baptiste Berger ancien scieur, devenu aubergiste en se mariant avec la Philomène Suchaud, et le père Chartier, couvreur.

Louis Caillaud, pharmacien de métier et maire par vocation, ne manquait pas d'humour et était volontiers bon diseur d'histoires. Tout en jouant, il commence:

-" Un jour, il m'est arrivé une histoire abracadabrante, Commune de Saint-Oradoux de Chirouze"

-" Ah ben ça, c'est pas vrai" interrompt le père Berger

Louis Caillaud se retourne à moitié,

jette un œil un peu mort vers le perturbateur, et ayant jugé que la chose n'avait pas d'importance, il reprend:

-" Je disais donc, qu'il m'est arrivé, un jour, une histoire abracadabrante, Commune de Saint-Oradoux de Chirouze"

Et le père Berger de reprendre:

-" Excusez moi, Monsieur le Maire, mais ça, c'est pas vrai"

Le Louis Caillaud se retourne complétement:

-" Et qu'est ce qui n'est pas vrai, père Berger?"

-" Moi je suis né à Saint-Oradoux de Chirouze,...je connais,...il n'y a pas de village qui s'appelle Bracadabrante..."

BUSSIERE-DUNOISE: Histoires et Anecdotes
C'est la mort de petit cheval!

vers 1800/1820

Joseph Marot, "obergiste" au bourg, voit, tout surpris, entrer dans son auberge, Monsieur Léonard, le notaire et Monsieur le Maire. Monsieur Léonard interpelle d'entrée:

-" Dis donc, Joseph, je passais ce matin aux Bouchets*. J'ai vu un joli poulain, c'est bien le tiens ?"

-" Eh oui, Monsieur Léonard, je crois qu'il fera bien mon affaire "

-" Tu ne veux pas me le vendre "

-" Ben non, je le garde pour remplacer la mère "

-" C'est que j'en cherche un et je ne pourrai pas me libérer pour aller à la foire "

-" J'sais ben, Monsieur Léonard, mais comme celui-là vaut bien son argent "

-" sans doute, sans doute, 50 pistoles est ce que ça t'irait "

-" Vous avez des arguments, Monsieur Léonard, c'est difficile de résister "

-" Top-là, Joseph, affaire conclue,....et je paie comptant"

L'affaire conclue fut arrosée avec la chopine de vin de Menou, servie par la Silvaine, la femme de Joseph, toute heureuse de voir les pièces étalées sur la table. Quand ils eurent trinqués, en sortant, Monsieur Léonard dit à Joseph:

-" Au fait, Joseph, prends donc une pelle et une pioche, et va donc enterrer mon poulain. je mets un écu sur la table "

C'est que Mr Léonard avait fait le matin une mauvaise chasse. Tirant au jugé à travers un buisson aux Bouchets, il avait malencontreusement tué le poulain de Joseph Marot

Et pour ne pas avoir d'histoires, il avait pris les devants.

* Les Bouchets: au sud de Cessac (direction Fleurat)

BUSSIERE-DUNOISE: Histoires et Anecdotes
Quand le loup sort du bois!

Dans le bourg, il y a au "Grand Logis"*, un loup naturalisé qui officiellement a été tué par J.B. Léonard Defressigne, chasseur passionné sans doute, et aussi personnalité importante de la commune puisqu'il fut notaire et maire pendant cinquante ans ( 1834-1884 )

Voila l'histoire que l'on raconte sur ce loup:

- le père Bergeron, métayer à Drouillat et braconnier impénitent, c'est trouvé un soir qu'il était à l'affut au lièvre, nez à nez avec un loup qu'il tua net, à bout portant.

Monsieur Defressigne, prévenu on ne sait par qui, se porte rapidement à Drouillat où il n'eut pas de peine à convaincre le Père Bergeron, qu'ayant tué le loup en braconnant, il serait difficile de toucher la prime de destruction de loup. C'était peut-être vrai en droit cynégétique, pourtant à l'époque, la justice ne cherchait pas beaucoup d'histoires à celui qui avait tué le loup.

Monsieur Defressigne pensa que son prestige ne pouvait que grandir avec la gloire d'avoir tué un loup. il indemnisa alors suffisamment le père Bergeron en lui payant:

....et sa prime....et son loup....et son silence....du moment

Car plus tard, un soir de batteuse, " lou pare Badgerou" cracha sa chique .........et le morceau......

* Le Grand Logis": situé dans l'Impasse du Grand Logis qui donne sur la rue Jules Védrines

BUSSIERE-DUNOISE: Histoires et Anecdotes
Chasse spéciale à l' Hôtel St-François

Il y avait vers 1926-1927, à Bussière, une équipe extraordinaire de déterreurs, ces chasseurs qui vont chercher, sous terre, les blaireaux et les renards.

Il fallait les voir partir avec pioches, pelles, bèches, raclettes, entonnoirs, sondes, pinces; c'était chaque fois une petite expédition. Chaque année, le tableau de chasse était de 100 à 150 blaireaux et renards.

Les lieutenants de Louveterie des alentours recherchaient le concours de cette très sympathique équipe: par exemple, Meton de Bonnat ou encore Jean Moreau, greffier à Guéret, mais habitant Chantemille prés d'Ahun.

C'est justement ce Moreau qui invite un soir, après une journée de chasse, notre équipe au complet, à dîner à l' Hôtel St-François à Guéret dont le patron, Léon Pasquet, est un supporter inconditionnel des déterreurs. Le dîner de chasse fût servi par Léon Pasquet lui même et arrosé comme on peut l'imaginer

Puis une idée a surgi dans une tête ( laquelle ? personne ne s'en est souvenu )

Un renard capturé vivant qui se morfondait dans une caisse dans le coffre d'une voiture, ce renard, dis-je, est lâché dans les couloirs de l'hôtel St-François avec trois chiens au derrière.... Quelle belle chasse à courre !

L'hôtel était pratiquement plein. Il y eu des cris, des hurlements parmi les clients qui inquiets en ouvrant leur porte, voyant passer devant eux ce bien-aller*. Dois-je vous faire un dessin.

Pourtant le lendemain, seuls les familiers de l'hôtel ont su quelque chose en réparant les dégâts. Personne ( hors, peut-être Madame Paquet ) ne s'est plaint car l'affaire était drôle et vraiment plaisante

N'essayer pas d'en faire autant aujourd'hui.

* bien-aller: Sonnerie de trompe dont les piqueurs font usage pour indiquer que les chiens sont bien sur la voie ...

BUSSIERE-DUNOISE: Histoires et Anecdotes
Histoires tirées de la CONTRIBUTION A LA petite HISTOIRE DE BUSSIERE-DUNOISE, auteur Robert FRETET,
puis illustrées par Atelier23-imer

Rédigé par atelier 23 du peintre Imer

Publié dans #Bussière-Dunoise, #Hier et Aujourd'hui

Repost 0
Commenter cet article

menant annie 03/05/2013 16:08

bravo pour ces anecdotes et les anciennes photos bisous

Pigoreau -Mogno - M TH 03/05/2013 15:07

bonjour .merci d'avoir publie anecdotes qui je pensais bien etaient tirees de ton papa.(gros bisous MTH)

menant annie 03/05/2013 16:24

bravo pour ces anecdotes et les vues bisous annie